Inauguration a Portivechju  de la première maison de protection des familles en corse

Inauguration a Portivechju  de la première maison de protection des familles en corse

23 janvier 2022 0 Par MMS
Partagez cet article :

Opérationnelle depuis le mois d’octobre, elle se situe dans un bâtiment de la gendarmerie de Porto-Vecchio,  et est gérée par l’Adjudant Charruaud, l’Adjudante Puaux et la Cheffe Faurt.

Elle n’avait pas été inaugurée officiellement, c’est maintenant chose faite depuis ce vendredi 21 Janvier avec la Ministre chargée de la citoyenneté,  Marlène Schiappa qui, dans l’après-midi est venue à la gendarmerie de Porto-Vecchio pour visiter cette maison, où tout a été fait pour recevoir les victimes de violences familiales dans un cadre propice à mettre en confiance afin de libérer la parole. Les militaires qui exercent dans cette unité, ont la qualité d’officier de police judiciaire. La ministre a été accueillie par Jean-Christophe Angelini, maire de Porto-Vecchio.

Avant de dévoiler la plaque apposée à l’entrée de la MPF, la ministre a développé les points importants qui lui tenaient à cœur  mais aussi  les dispositifs réalisées  depuis quelques années, comme le bracelet anti rapprochement, le téléphone « grave danger », la garantie de l’Etat pour louer un logement lorsqu’une femme est victime de violences conjugales, et d’autres dispositifs que les femmes ne connaissent pas, et qu’elle ne peuvent donc pas utiliser.

Deux points lui tiennent  à cœur : le premier c’est la décision  de la déchéance  parentale pour les hommes auteurs de féminicides.  « Quand on a tué la mère de son enfant » a-t-elle souligné, « on ne peut prétendre être un bon père ». Le 2ème point concerne la saisie des armes à feu car, a-t-elle ajouté : « on dit souvent,  qu’une femme morte sous les coups de son conjoint alors qu’en réalité, le 1er mode opératoire, est l’arme à feu. Désormais, si l’auteur des faits possède une arme, il y a immédiatement une perquisition pour saisir les armes à feu et empêcher le passage à l’acte ».

Marlène Schiappa a rendu hommage à la gendarmerie  «  qui a vraiment pris sa part dans toutes les mesures mises en place, en faisant preuve d’innovation et de  créativité, par exemple rappeler les femmes quand elles n’ont pas voulu porter plainte, en se faisant passer pour la Caf, et appeler dans les familles ». Elle a insisté sur l’engagement des forces de l’ordre : « il y a 400.000 interventions par an des policiers et des gendarmes pour des faits de violences intra-familiales. Il y a de plus en plus d’appels, et les gendarmes et les policiers ne savent jamais sur quelle situation ils vont tomber. Ils s’engagent tous, tous les jours, ils sont en première ligne, et permettent de sauver des vies au péril de la leur ».

Mme Schiappa a salué le travail remarquable et l’esprit de collaboration des associations avec la gendarmerie et les élus qui se sont engagés, avec un objectif commun, « monter en puissance notamment sur la prévention et sur le suivi des victimes, avec 4 axes importants : l’accueil des victimes ; l’évaluation du danger ; l’accompagnement ; la formation ».

La ministre a exprimé le souhait de voir une MPF dans chaque département, car « la notion de protection est primordiale, les victimes doivent se sentir en confiance et protégées ».

A l’issue de cette inauguration, une table ronde s’est tenue entre les diverses personnalités présentes autour de Marlène Schiappa : Vanina Saget ( Directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Corse), Tony Mouchet (Commandant de la région de  gendarmerie de Corse), Arnaud Gillet (Sous-préfet de Sartène), Jean-Christophe Angelini, Maire de Porto-Vecchio, Nicolas Mingant (Substitut du Procureur de la République), Jean-Yves Coppolani ( Président Corsavem).

Les assistantes sociales de Porto-Vecchio étaient aussi représentées, et le Maire de la cmmmune était accompagné de Nathalie Castelli (Conseillère municipale) et Emmanuelle Giraschi ( 2ème adjointe).

Irène Ferrari, Porto-Vecchio

Partagez cet article :