Portivechju : Premier  conseil municipal de l’année 

Portivechju : Premier  conseil municipal de l’année 

12 janvier 2022 0 Par MMS
Partagez cet article :

Avec peu de points à l’ordre du jour, le premier conseil municipal de l’année, de Porto-Vecchio a commencé lundi 10 janvier à 17h30 pour se terminer à 19h. Le Conseil municipal a débuté par le traditionnel préambule du maire adressant ses remerciements  aux employés communaux et à la population qui, dans le respect des consignes sanitaires ont permis la tenue des festivités de Noël, avec 25.000 visites au marché de Noël en centre-ville. Il a également exprimé sa satisfaction concernant, l’organisation du centre de vaccination anti-covid, tout en  renouvelant à tout le monde  ses vœux pour la nouvelle année.

Les 5 points mis à l’ordre du jour ont ensuite été abordés. Ils ont tous été votés à l’unanimité.

En premier lieu, la proposition  de désigner Bati Valli comme directeur de la Régie du Bureau et des Moyens Portuaires en remplacement de Mr Tardi qui a souhaité évolué vers un poste plus important. Faisant réponse à une question de Camille de Rocca-Serra, le maire de Porto-Vecchio a précisé que  Mr Valli travaillera en étroite collaboration avec Julien Galichet (ingénieur spécialiste des transformations d’infrastructures), ce qui permettra  la continuité des activités du port pendant les travaux qui débuteront entre Mars et Avril.

Présentée par Jacky Agostini, adjoint aux finances, une décision modificative a été adoptée, afin d’intégrer une correction sur les prévisions budgétaires concernant les emprunts (les deux premières décisions avaient été votées le 12 Septembre et le 8 Novembre 2021) afin  d’assurer :

– d’une part, le bon fonctionnement des services jusqu’au terme de l’année budgétaire,
– d’autre part, le bon équilibre budgétaire de l’exercice 2021.

C’est ensuite la révision du Schéma Directeur d’Assainissement Collectif (SDAC) de la commune de Porto-Vecchio  qui a donné lieu à l’approbation du programme et du plan de financement.

Le SDAC en cours de validité a été adopté en juin 2015. Outre des travaux d’amélioration et d’extension des réseaux, un des principaux objectifs de ce schéma consistait à rétablir la pertinence de la station d’épuration de Capu di Padula : adapter la capacité d’épuration de la Commune à sa démographie et à ses projections d’évolution, et atteindre des performances garantissant un impact minimisé sur l’environnement.

Le projet communal adopté en 2015 consistait à réaliser une station de 45.000 équivalent-habitants (EH) sur l’emprise de l’actuelle du traitement tertiaire. La mise en œuvre s’est heurtée à des obstacles qui ont depuis amené la Collectivité à reconsidérer sa stratégie. Considérant désormais toutes les potentialités et contraintes du site de Capu di Padula, la Collectivité projette désormais d’y reconstruire une nouvelle STEP d’une capacité n’excédant pas 30.000 EH, et de créer une seconde usine sur un autre site pour une capacité complémentaire de 15.000 EH.

Par ailleurs la Commune a entrepris l’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme (PLU). Cette démarche, qui prévoit un arrêt du PLU fin 2022 et une approbation au cours du second semestre 2023, nécessite une parfaite adéquation entre toutes les actions d’aménagement du territoire, dont particulièrement les équipements d’assainissement collectif.

Considérant que le SDAC, adopté en 2015, ne répond plus aux besoins de la Collectivité, le conseil municipal a approuvé un programme de révision du schéma directeur d’assainissement collectif. Il s’agit d’une mission d’étude, principalement constituée de prestations intellectuelles, et soutenue par investigations de terrain et des analyses. Le montant prévisionnel en est estimé à 60.000,00 € HT, soit 72.000,00 € TTC,

Concernant l’environnement, Vincent Gambini (conseiller en charge du développement durable) a mis l’accent sur les nombreuses incivilités grandissantes qui règnent sur notre territoire  et qui nécessitent l’approbation du conseil pour des décisions fermes et nécessaires. Malgré la mise en place il y a quelques mois de la brigade de l’environnement  qui arrive parfois à retrouver les auteurs des dépôts sauvages, soit par signalement, soit par patrouilles, la difficulté réside dans la couverture de la superficie du territoire.

Mr Gambini a abordé le sujet du débroussaillement en expliquant que L’Office de Développement Agricole et Rural de la Corse  met  à la disposition de la Commune une cartographie réglementaire du débroussaillement, ainsi qu’une assistance de terrain par l’intermédiaire de ses animateurs du débroussaillement.

La Commune s’engage à fournir les matrices cadastrales, à mettre à jour les listings des propriétaires puis à effectuer les envois postaux des courriers du Maire de rappel de leurs obligations, aux propriétaires en non-conformité.

Elle s’engage à assurer un suivi de ces courriers et à collationner, sous la forme d’un tableau, tous les renseignements obtenus concernant les noms et adresse de ces propriétaires. Elle s’engage, d’autre part, à assister les animateurs du débroussaillement lors de leur tournée en tant que de besoin et à former du personnel communal ou des volontaires (réservistes communaux) aux principes du débroussaillement. Elle prévoit, par l’intervention de sa brigade de l’environnement, des opérations de contrôles des OLD et de vérification de la bonne exécution des travaux de débroussaillage. Elle constate les infractions et verbalise les contrevenants. Elle déclenche également l’exécution d’office des travaux.

Mr Gambini a précisé qu’une fois  le PLU adopté, les cartographies de l’OLD seront modifiées puisque à présent,   « elles ne s’appliquent pas de la même façon, dans les communes qui ont un PLU et dans celles qui n’en ont pas ».

L’avant dernier point a été présenté par le maire lui-même et concernait les mises à disposition de salles communales  et la  mise à jour des tarifs de la salle polyvalente. Présenté par le 1er adjoint, Michel Giraschi, le dernier point consistait à approuver le renouvellement de la  convention d’utilisation de l’aire de lavage des services techniques de la commune, par la Communauté de Communes  pour l’entretien quotidien de ses véhicules.

Partagez cet article :