L’équipe municipale de Portivechju, partie prenante  pour la cause animale

L’équipe municipale de Portivechju, partie prenante  pour la cause animale

10 novembre 2021 0 Par MMS
Partagez cet article :

Jean-Christophe Angelini maire de Porto-Vecchio et son conseiller municipal Vincent Gambini, en charge du développement durable, ont répondu samedi à l’invitation de l’association Global Earth Keeper, pour sa 3ème édition de la  Journée pour la cause animale.

Après le discours de la présidente de Global Earth Keeper, Laurence Constantin qui a remercié toutes les personnes et associations présentes, la  lecture du texte écrit et lu par Angela Nicolaï, a été fortement applaudi. Son texte expliquait pourquoi la condition animale est une question qui est dans tous les esprits depuis l’antiquité : « ce n’est pas une nouveauté, et cette question nous place en tant qu’humains dans cette société avec les autres espèces, avec lesquelles nous partageons l’espace. »

Pour le maire de Porto-Vecchio,  « Il y a un choix de société. Lorsque l’on aborde la question animale, on aborde aussi la question de l’humain et par extension la question du vivre ensemble».

« Il y a un certain retard à Porto-Vecchio, dans le domaine de l’errance animale et dans le domaine de l’environnement. Nous, on a posé des actes, car nous  avons à cœur de rattraper ce retard. »

Mr Angelini a fait référence entre autre, à la création d’une Police Municipale et Rurale avec à sa tête Dominique Milanini, également membre  de Global Earth Keeper, à qui il a adressé un salut amical.  « A travers la création d’une Police environnementale et rurale, dédiée aussi à la condition animale, la question sécuritaire ou de police municipale n’est pas qu’une question de prévention, de répression, ou de maintien de l’ordre public, c’est une question de dialogue. »

Il a conclu son discours en affirmant : « Notre équipe municipale s’efforce de faire avancer la cause du bien commun et de l’intérêt public, ce patrimoine, qu’il soit culturel, naturel, animal, général, doit rester l’apanage des générations futures ».

Irène Ferrari, Porto-Vecchio

Partagez cet article :