Journée de sensibilisation à la cause animale au centre culturel de Portivechju

Journée de sensibilisation à la cause animale au centre culturel de Portivechju

7 novembre 2021 0 Par MMS
Partagez cet article :

Cette journée de samedi, organisée par l’association Global Earth Keeper, présidée par Laurence Constantin, a permis à plusieurs associations de défense des animaux, de Corse et d’ailleurs, d’ installer leurs stands d’informations. Ils ont renseigné les visiteurs, qu’on aurait souhaités plus nombreux, tant les situations de certains animaux sont en danger et nécessitent l’intervention humaine.

Global Earth Keeper tenait son stand, bien évidemment, avec beaucoup de flyers et d’informations à donner concernant les multiples actions que l’association effectue à longueur d’année (Nettoyages réguliers de la nature, actions anti-mégots sur la voie publique, actions de lutte contre le braconnage des éléphants au Nord du Cameroun dans le Parc de Waza, contre l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques, contre la corrida etc…..)

Étaient aussi présentes, les associations concernant les ânes et les chevaux « en plus de nos tournées régulières de surveillance, là où nous savons qu’il y a des équidés, nous répondons aux signalements des gens qui constatent un mauvais état chez un  animal. Sans structure pour le  recueillir, l’association le confie à un propriétaire de terrain dans l’attente de lui trouver un nouveau propriétaire »

La défense des chiens était représentée par l’association de Porto-Vecchio « SOS Décharge », ainsi que la SPA de Corse et les différents refuges canins de la région. Là aussi, le travail des bénévoles est journalier : retrouver des chiens échappés, mais aussi les propriétaires, chiens abandonnés,  ou maltraités et signalés etc…

Le monde sous-marin n’a pas été oublié. Un stand lui était dédié, pour sensibiliser aux répercussions que l’on ne soupçonne pas de prime abord, consécutives aux bruits ressentis (les résonances) dans les fonds marins. Les responsables sont les innombrables passages des bateaux surtout en période estivale, les avions, les hélicoptères. Cela va même jusqu’à perturber la migration des dauphins.

Les chats errants posent un problème aux associations qui vont les chercher dans le maquis pour leur donner de la nourriture, les capturer et les stériliser. Jocelyne des « Chats libres de Solfa » explique qu’elle « est en charge de très nombreux chats, dans un rayon élargi, car les chats ne connaissent pas les limites des communes ». Elle déplore que son association soit  obligée de payer pour les stérilisations, malgré un tarif réduit que lui accordent les vétérinaires locaux. Elle ne  peut pas les faire stériliser au dispensaire d’Ajaccio qui le fait gratuitement car elle n’a  pas le moyen de transporter régulièrement les animaux. Le dispensaire d’Ajaccio les stérilise, à raison d’un nombre limité à chaque fois, ce qui ferait beaucoup de kms par semaine.  «  Nous avons besoin de dons, mais depuis le Covid, les dons ont diminué ».

Le stand contre la corrida, bien que la Corse ne soit  pas concernée par cette pratique sanglante, était là aussi pour sensibiliser, expliquer et espérer que chacun sera le porte-parole de la cause des taureaux, en  s’appuyant les actions du CRAC (Comité Radicalement Anti Corrida) expliquées par Didier Bonnet Vice-Président de Global Earth Keeper  et Président du CRAC EUROPE. 

«  Monté sur un cheval protégé par un caparaçon, le picador enfonce la pique pour blesser le taureau souvent très profondément malgré la barre d’arrêt de la pique. La blessure atteint parfois les nerfs rachidiens à leur  sortie des vertèbres… Six banderilles sont plantées 2 par 2, enfoncées de plusieurs centimètres, elles bougent à chaque mouvement du taureau Le matador lui fait baisser la tête pour pouvoir enfoncer une épée dans la cage thoracique, couper un gros vaisseau près du cœur et provoquer une hémorragie interne. Il dispose de 3 épées. »

« Si les épées ne suffisent pas pour faire tomber le taureau, le matador plante la pointe du « verdugo » dans la nuque, parfois à coups répétés. Au sol, le taureau est achevé avec la puntilla. Le puntillero plonge son arme juste derrière le crâne pour atteindre le bulbe rachidien, souvent en multipliant les coups jusqu’à une trentaine. La puntilla  n’atteint souvent que la moelle épinière : le taureau n’est alors que paralysé et n’est pas toujours mort lorsqu’on lui coupe les oreilles et la queue, trophées parfois accordés au matador.»

Pour illustrer les répercussions néfastes de certains agissements humains, des projections ont eu lieu tout l’après-midi avec un public tout acquis aux différentes causes, mais là aussi le public était malheureusement peu peu nombreux.  

13h30 Projection « Peaceable Kingdom»
La question de l’élevage, témoignages très émouvants d’éleveurs qui pour une raison ou une autre se rendent compte du mal qu’ils font à leurs bêtes et cette prise de conscience leur fait changer leurs comportements.
15h Les nuisances sonores sous-marines,
Eoliennes marines avec Thierry Hoolans de ADN Passpartout
16h15 La corrida « Derrière les murs »
Avec Didier Bonnet du CRAC Europe
17h30 L’expérimentation animale  avec André Menache de Antidote
19H30 Seaspiracy documentaire sur la surpêche

Irène Ferrari, Porto-Vecchio

Partagez cet article :