“Non au Pass Sanitaire et aux contrôles de la clientèle !” : Les sociaux professionnels et la population manifesteront à Sartene.

“Non au Pass Sanitaire et aux contrôles de la clientèle !” : Les sociaux professionnels et la population manifesteront à Sartene.

22 juillet 2021 0 Par MMS
Partagez cet article :

Un appel à manifestation pour s’opposer au Pass Sanitaire, aux contrôles et à la sélection des clients dans les commerces, bars et restaurants, est lancé pour  ce vendredi 23 Juillet.
Cet  appel  provient de la population et des commerçants, restaurateurs et cafetiers du Sud Corse.
A 10h00 devant la sous-préfecture de Sartène, ils seront réunis  pour s’opposer « pacifiquement, sans outrance mais avec détermination et fermeté, à la loi imposant le Pass Sanitaire ainsi que le contrôle et la sélection de la clientèle dans les commerces, bars et restaurants. »

« Avali Basta ! U troppu stroppia ! Venez nombreux soutenir cette démarche citoyenne qui s’élève contre la démesure des restrictions et des sanctions ! »

Un cri de désespoir de la part d’une profession qui a été durement touchée depuis 2 ans par une situation souvent arbitraire, et qui en pleine saison touristique se voit encore stigmatisée.

Déclaration du collectif corse : Sauvons notre économie

« Non au Pass Sanitaire, Non aux Contrôles et à la sélection de la clientèle que nous devrons effectuer dans nos établissements !

En cette période de crise sanitaire qui s’éternise, que les autorités et les medias se plaisent à sur-dramatiser, nous sommes dans l’attente de nouvelles mesures restrictives qui dans quelques jours, peut-être dans quelques heures, alors que la Corse, selon les chiffres officiels, ne compte à ce jour que 3 personnes en réanimation, s’étendront probablement à toute l’île et spécifiquement à nos commerces.

Il y a un an déjà nous avions initié la création d’un collectif qui regroupait l’ensemble des socioprofessionnels et commerçants de l’île.

Aujourd’hui face aux menaces qui pèsent sur nos activités, déjà fortement ébranlées par plusieurs mois de fermeture, face à l’absurdité bureaucratiques, nous avons réactiver ce collectif afin de témoigner à l’Etat et aux autorité politiques, notre unité, notre sens des responsabilités et notre détermination à ne pas être, une fois de plus, les victimes de mesures excessives.

Nous n’opposons pas l’économie et la santé ! Nous sommes conscients de l’impact du Covid 19 sur une petite partie de la population, et nous en avons fait la preuve tout au long de l’année écoulée en acceptant de maintenir nos commerces fermés durant plusieurs mois, en y mettant en place toutes les contraintes sanitaires, en réduisant leur capacités d’accueil, en réalisant les aménagements matériels, parfois couteux, qui nous ont été demandés.

Mais aujourd’hui on nous en demande trop ! Nous sommes commerçants, restaurateurs, cafetiers, nous ne sommes pas gendarmes et nous n’avons pas vocation à nous substituer aux services de l’état, et à son pouvoir régalien de police, pour contrôler et sélectionner nos clients, a fortiori dans le domaine intime de la santé relevant de la vie privée. Cela n’est ni notre métier, ni notre compétence ! Au-delà de ces réserves éthiques et juridiques, le Pass Sanitaire nous apparait également, comme difficile à mettre en œuvre d’un point de vue pratique dans nos établissements qui, comme les restaurants de plein air, sont parfois ouverts aux quatre vents et comptent de nombreux accès.

Et tout cela, dans un laps de temps très court, trop court alors que nous sommes en pleine saison estivale, déjà mobilisés de longues heures quotidiennes dans nos établissements, pour essayer de sauvegarder nos entreprises très affaiblies par la crise actuelle.

Enfin, cerise sur le gâteau, on nous menace même dans un projet de loi de nous sanctionner de 45 000 euros d’amende et 1 an de prison ferme si nous ne réalisons pas ces contrôles ! Avali Basta ! U troppu stropia !

C’est avec fermeté que nous disons donc, Non au Pass Sanitaire ! Non aux contrôles de notre clientèle dans nos établissements ! Non à la démesure des mesures restrictives qui mettent en péril nos activités économiques, nos emplois et nos familles ! »

Irène Ferrari, Porto-Vecchio

Partagez cet article :