Exercice « Ramogepol 2021 » en Corse : Se préparer à lutter contre une pollution maritime

Exercice « Ramogepol 2021 » en Corse : Se préparer à lutter contre une pollution maritime

27 mai 2021 0 Par MMS
Partagez cet article :

Durant 2 jours, la préfecture maritime de la Méditerranée, en interface avec la préfecture de Haute-Corse, et en collaboration avec des représentants de la Guardia costiera italienne et de la police maritime et aéroportuaire du gouvernement princier de Monaco, a organisé l’exercice « Ramogepol 21 » le long du littoral Est du cap Corse, entre Macinaggio et le nord de Bastia. Il s’est déroulé dans le cadre de l’accord tripartite RAMOGE* de prévention et de lutte contre les pollutions marines.

Accord RAMOGE et plan RAMOGEPOL

Cet Accord relatif à la protection des eaux du littoral méditerranéen, qui s’inscrit dans le cadre de la Convention de Barcelone, a été ratifié par les trois pays et est entré en vigueur en 1981. C’est à cette occasion que la zone de compétence d’origine a été élargie de Marseille à La Spezia, incluant ainsi pleinement les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Ligurie.
A la suite du naufrage du pétrolier Haven en 1991, un plan d’intervention pour lutter contre la pollution accidentelle est adopté en 1993, dans le cadre de l’Accord RAMOGE : il s’agit du plan RAMOGEPOL. Son objectif est de renforcer la coopération en cas d’accident grave de pollution et partager les navires et aéronefs disponibles des trois États. Sa pertinence et son efficacité ont été illustrées en octobre 2018 lors de la collision entre le roulier Ulysse et le porte-conteneurs Virginia au large de la Corse. Chaque année, des exercices coordonnées RAMOGEPOL de simulation de pollution accidentelle sont organisés dans le but d’optimiser l’utilisation des moyens d’intervention engagés par les trois pays pour lutter contre la pollution marine.
Le domaine d’application du plan d’intervention s’appelle la “Zone RAMOGEPOL”.
Elle s’étend de l’embouchure du Rhône, à l’Ouest (A), au phare de « Capo d’Anzio », à l’Est (D), en comprenant la Sardaigne et la Corse.
La zone RAMOGEPOL est divisée en deux :

  • La première dans laquelle la mise à disposition des moyens réciproques est automatique (zones orange et jaune),
  • La seconde dans laquelle l’intervention conjointe est prévue avec au préalable l’autorisation de l’autorité nationale compétente (zone verte foncée).

Exercice RAMOGEPOL 2021

L’exercice RAMOGEPOL 2021 s’est tenu du 26 au 27 mai 2021 et a mobilisé l’emploi de moyens réels. Il est organisé par la Préfecture maritime de la Méditerranée et la Préfecture de Haute-Corse, dans le cadre du Plan RAMOGEPOL entre la France, Monaco et l’Italie.
La Sociedad Estatal de Salvamento y Seguridad Marítima (SASEMAR – Espagne), l’Agence Européenne pour la Sécurité Maritime (EMSA) et le Centre Régional Méditerranéen pour l’Intervention d’Urgence contre la Pollution Marine Accidentelle (REMPEC) ont également participé à l’exercice.

Scénario de l’exercice

Le 26 mai, à 2h, un pétrolier « Paulus 2 », battant pavillon Azur (pavillon fictif), en provenance de Gênes et à destination de Malte, reporte au sémaphore du Cap Corse son intention de se rapprocher des côtes et de passer par la zone de navigation côtière (ZNC) pour raison météorologique. A 5h, une avarie électrique totale sur le navire. A la dérive, le navire finira par s’échouer à proximité des îles de Finocchiarola (Haute-Corse), occasionnant une pollution marine d’importance (plusieurs milliers de m3 d’hydrocarbures).
Le plan RAMOGEPOL a été activé en tout début de matinée du 26 mai, journée consacrée à la lutte antipollution en mer avec l’emploi des unités navals et aéronavals.
Le lendemain a été dédié à la lutte contre la pollution côtière et terrestre. En parallèle s’est tenu une opération de transbordement au sein du port de Bastia.

Objectifs de l’exercice

• Entrainer et développer le savoir-faire antipollution des équipes de gestion d’intervention et de crise dans le cadre d’un scénario réaliste à proximité des côtes ;
• Travailler l’interopérabilité en contexte international (France, Italie et Monaco) ;
• Tester l’efficacité de la chaine d’alerte ;
• Tester les outils de gestion de crise ;
• Assurer un bon niveau de communication pendant la crise entre toutes les Parties, à travers la visioconférence notamment ;
• Diligenter des officiers de liaison au centre de traitement de crise ;
• Développer des synergies avec les autres plans sous-régionaux de la zone (Lion plan, AMT).

Moyens utilisés

  • BSAA Pionnier de la Marine nationale (OSC)
  • RCVS Bélier de la Marine nationale
  • CPCN 15 Estérel de la Marine nationale
  • VCSM Gravona de la gendarmerie maritime
  • DF25 de la douane française
  • Vedette Mimosa de la DDTM 2A
  • SNS 082 Pasquale Paoli II de la SNSM
  • Remorqueur portuaire Altagna de la société Erasme
  • Avion Falcon F50 M de la Marine nationale
  • Beechcraft KA350 de la douane française
  • Moyens italiens
  • Moyens monégasques
Partagez cet article :