“Per l’Avvene” Veut Apporter Sa Contribution A La Relance De L’activité Economique En Corse

“Per l’Avvene” Veut Apporter Sa Contribution A La Relance De L’activité Economique En Corse

13 janvier 2021 0 Par MMS
Partagez cet article :

Jean-Martin Mondoloni et les membres du groupe Per l’Avvene sont revenus dans un communiqué sur les échanges entre les Présidents Macron et Simeoni sur la mise en œuvre du plan de relance en Corse.

« Engagés sur les questions économiques et sociales, nous tenons à réagir à l’échange survenu entre le Président de la République et celui du Conseil Exécutif dans le cadre des mesures de relance suite au vote de l’Assemblée de Corse du 26 novembre 2020.

Dans son courrier, le Président de la République fait part d’une « amélioration encourageante », de notre point de vue très éloignée d’une économie en berne et d’un cataclysme annoncé en termes d’emploi et de précarité. Certes, le soutien de l’État aux entreprises permet de maintenir bon nombre d’entreprises la tête hors de l’eau, mais virtualise le niveau de l’activité. En somme, cette perfusion est aussi salutaire qu’elle masque l’ampleur du désastre. Les marges de manœuvre du secteur marchand sont à ce jour nulles. Doit-on rappeler que la Corse, avec un PIB oscillant entre 8 et 9 milliards d’euros chaque année, est la région métropolitaine la plus pauvre de France ? Et que nous sommes considérés par les instances d’évaluation les plus sérieuses comme étant un des territoires les plus sévèrement touchés par la crise puisque si la récession est évaluée à 11% durant 2020 au niveau national, celle de l’île est estimée à 18%, soit 7 points au-dessus de la moyenne nationale.

En tout état de cause, l’analyse et la méthode utilisées par le Président de l’Exécutif se sont avérées improductives. Tout d’abord au niveau du timing puisque nous attendions ce plan depuis son annonce, au printemps dernier, ce qui aurait permis un temps plus long à consacrer à la concertation, l’objectif de cette opération étant bien, du moins dans l’esprit de notre groupe et du monde économique, d’aboutir à une contractualisation avec l’État pour décliner des mesures opérationnelles et concrètes.

En lieu et place, nous avons partagé l’ambition et la construction d’un plan très largement inspiré par les socioprofessionnels dont les objectifs et les mesures dépendent en grande part de l’effort de l’Etat, lequel n’a pas été sollicité durant ce temps d’élaboration.  

A ce stade, des portes restent ouvertes du côté du Gouvernement, qu’il faut convaincre du bien-fondé de ce plan. C’est aujourd’hui cet objectif qui doit nous mobiliser avec, cette fois-ci, une volonté de réussite et un dialogue réel tout au long du processus. Le temps des plaintes et des complaintes n’a que trop duré et doit céder la place à un travail partagé et dépassionné entre la Collectivité, l’Etat, les intercommunalités, les forces vives et corps constitués, etc…Nous échouerons ensemble ou réussirons ensemble ! C’est avec la ferme volonté de réussir que notre groupe apportera sa contribution dans un esprit constructif afin de favoriser l’indispensable relance de l’activité économique en Corse. »

Partagez cet article :