Allocution d’Emmanuel Macron: Un Déconfinement Par Etapes Selon Les Chiffres

Allocution d’Emmanuel Macron: Un Déconfinement Par Etapes Selon Les Chiffres

24 novembre 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

Un mois après sa dernière allocution, le bilan donné par Emmanuel Macron mardi soir fait état:
– d’un nombre de cas qui a fortement reculé, supérieur à 60.000, il s’est établi la semaine dernière à 20.000 cas/jour en moyenne
– Après avoir atteint 33.500 patients hospitalisés le 16 novembre, soit plus que lors de la première vague, une lente décrue a débuté.
– le nombre de personnes en réanimation est passé de 4900 le 16
novembre à 4300 aujourd’hui.
50000 décès sont tout de même à déplorer.

De ces données il ressort que le pic de la seconde vague de l’épidémie est passé.Grâce à l’esprit civique des français, mais aussi grâce à une meilleure prise en charge de la maladie, et des patients traités pour éviter certaines formes graves.

Nous avons réussi à ralentir la circulation du virus nous ne devons pas perdre de vue nos autres préoccupations sanitaires : reprendre les soins pour les autres patients, faire face aux conséquences de long-terme de ce virus, prendre en compte les conséquences psychologiques de la pandémie, des différents confinements et de l’isolement (personnes âgées à domicile et dans les maisons de retraite, personnes en situation de handicap, violences faites aux femmes et aux enfants).

Nous avons devant nous plusieurs semaines pour atteindre les objectifs que j’avais fixé qui permettent de contrôler l’épidémie et donc de stabiliser le nombre de contaminations autour de 5000 personnes par jour, et d’avoir entre 2500 à 3000 personnes en lit de réanimation.

Il faudra donc limiter nombre d’activités dans des lieux clos qui accélère la diffusion du virus et limiter au maximum les rassemblements.

A partir du samedi 28 novembre au matin

Ce qui ne va pas changer

– le confinement adapté et donc le système de l’attestation resteront en vigueur
– rester chez soi, privilégier le quand cela est possible
– renoncer aux réunions privées, aux rassemblements familiaux, à tous les déplacements non nécessaires

Ce qui change dès samedi prochain matin

les déplacements pour motif de promenade ou d’activités physiques  en extérieur seront désormais permis dans un rayon de 20 km et pour 3h
– les activités extra-scolaires en plein air sont de nouveaux autorisées
– les cultes et les offices seront à nouveau permis dans la stricte limite de 30 personnes
– tous les commerces pourront ouvrir et les services à domicile reprendre mais dans le cadre d’un protocole sanitaire stricte, négocié avec l’ensemble des professionnels. Les commerces et services pour donc ouvrir selon ses règles jusqu’à 21h au plus tard. Les librairies, les disquaires, les bibliothèques et archives pour aussi ouvrir dans ces conditions.

A partir du 15 décembre si 5000 contaminations/jour et 2500 à 3000 personnes en réanimation

– Le confinement pourra être levé, les déplacements autorisés (tout en limitant ceux inutiles), et passer Noël en famille, mais pas comme les autres années.
– A partir du 15 décembre un couvre-feu de 21h à 7h du matin sera mis en place. On pourra circuler librement  les soirs des 24 et 31 décembre pour partager ces moments en famille, mais les rassemblements sur la voie publique ne seront pas tolérés.

Autorisations

Les activités extra-scolaires en salle pour l’accueil des enfants durant les fêtes avec des règles strictes, les salles de cinéma, les théâtres, les musées, pourront reprendre leurs activités dans le cadre des protocoles sanitaires négociés, et un système d’horodatage permettra d’organiser les représentations en fin de journée.

Interdictions 

– les grands rassemblements
– les évènements festifs dans les salles allouées
– tous les lieux qui comme les parcs d’attraction, les parc d’expositions resteront fermés
– les bars, les restaurants, les discothèques, ne pourrons ouvrir leurs portes durant cette période
– pour les stations de sports d’hiver une concertation a été engagé par le gouvernement avec les élus locaux et les professionnels, les décisions seront finalisées très prochainement mais il me semble toutefois impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes et bien préférable de privilégier une réouverture courant janvier
– limiter au maximum toutes les activités les rassemblements qui conduisent les gens à se rassembler, sans protection, dans des lieux clos, et rouvrir les activités où l’on peut se protéger et où les distances et gestes barrières sont possibles
– les réunions privées doivent au maximum limiter le nombre d’adultes ensemble, dans une même pièce, au même moment et les règles sanitaires doivent être respectées.

Le 20 janvier, un recul nécessaire pour le retour des fêtes de fin d’année

– Autour du 20 janvier si cela est possible, de nouvelles décisions d’ouverture seront prises. Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5000 cas/jour les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir, et  le couvre-feu pourra être décalé.
– Les lycées qui fonctionnent par demi-classes,  pourront à ce moment-là être pleinement ouvert avec la totalité des élèves présents durant les cours
– 15 jours plus tard ce sont les universités qui reprendront les cours en présentiel.

Un point sur la situation sanitaire tous les 15 jours

Ces points de situation permettront de savoir si de nouvelles mesures supplémentaires d’ouvertures seront prises ou s’il faudra revenir en arrière, pour prévenir tout nouvel emballement de la propagation du virus. Le but étant de tout faire pour éviter une 3ème vague, un nouveau confinement.”

Pour cela trois outils :

– l‘esprit de responsabilité de tous durant les congés de fin d’année, où chacun va retrouver ses proches, mais sans baisser la garde : protéger les proches, les plus vulnérables, porter le masque y compris à la maison, en famille ou avec les amis, veiller à ne pas être trop nombreux à table, appliquer scrupuleusement tous les gestes barrières, se laver les mains respecter les distances, aérer toutes les heures les pièces.

la stratégie « Tester, alerter, protéger, soigner ». “L’outil le plus important dans les semaines et les mois qui viennent pour contrôler le virus. Nous sommes un des pays européens qui teste le plus. Début janvier, aucun test (PCR) ne devrait mettre plus de 24 heures entre la demande de test et son résultat. Les tests antigéniques dont les résultats sont obtenus en moins de 30 minutes, ils seront utilisés massivement en particulier pour les personnes symptomatiques, ou lorsqu’il faut dépister rapidement (école, maison de retraire…).”
Il faut casser beaucoup plus rapidement les chaînes de contamination à la racine, en identifiant complètement l’ensemble de ceux qu’on appelle les cas contact
L’application « TousAntiCovid » a été téléchargée par 10 millions de personnes. Il faudra l’utiliser dans tous les lieux qui ouvriront et reçoivent du public.
Protéger par un isolement plus contraignant des personnes contaminées. Elles seront accompagnées sur le plan matériel sanitaire, psychologique.
Soigner traiter : continuer d’améliorer la prise en charge et le traitement dès le diagnostic en médecine de ville, et à l’hôpital pour réduire encore davantage les formes graves.

Le vaccin, ce dernier ne sera pas obligatoire : plusieurs seront disponibles, les premiers fin décembre, début janvier, et une seconde génération arrivera au printemps. Un comité scientifique sera chargé du suivi de la vaccination,  un collectif de citoyens sera mis en place pour associer plus largement la population. “La vaccination se fera de manière claire transparente” à annoncé le président de la république.
Une campagne de vaccination rapide et massive sera organisée, au plus près des personnes, en commençant par les plus fragiles.

Une crise économique et sociale inédite

Elle est la conséquence du premier confinement, et de ce qui est vécu actuellement. «La crise va vraisemblablement encore s’aggraver, mais nous avons une réponse à apporter, comme nous l’avons fait dès le début

De nouvelles aides sociales ont été décidées :

– 150 euros seront versées en fin de semaine aux bénéficiaires du RSA et de l’allocation de solidarité spécifique, aux étudiants boursiers, et aux jeunes de moins de 25 ans non  étudiants touchant les allocations logement.
– Cent euros par enfant seront versées pour les familles bénéficiant des APL.
– Les aides aux entreprises ont été renforcée, en décalant les échéances des prêts garantis par l’État, en exonérant à nouveau les charges, en augmentant à 10000 euros le fonds de solidarité, “notamment pour ceux à qui, indépendants, commerçants et entreprises, nous avons demandé et j’en ai conscience beaucoup d’effort beaucoup de sacrifices alors même qu’ils craignaient de perdre le fruit d’une vie de travail.”
– en plus des dispositifs déjà existants, les restaurants, les bars, les salles de sport, les discothèques, tous les établissements fermés administrativement se verront verser, quel que soit leur taille 20% de leur chiffre d’affaires de l’année 2019, si cette option est préférable pour eux au 10000 euros du fonds de solidarité. Nous allons apporter cette encore exceptionnel jusqu’au 20 janvier prochain, date à laquelle ils ouvriront
– les saisonniers, les extra qui n’ont plus d’engagement depuis des mois,  les précaires qui travaillaient les années précédentes mais qui ne retrouve plus d’emplois, les jeunes qui n’arrivent à trouver ni emploi étudiant, ni premier emploi, le gouvernement présentera ses réponses dans les prochains jours.
-Le plan « Un jeune une solution » fera l’objet de moyens accrus “et j’invite tous les jeunes à se renseigner sur la plateforme prévue à cet effet“.

Partagez cet article :