Dépistage Canin Covid-19 : De Magnifiques Chiens, Mais Pas Seulement

Dépistage Canin Covid-19 : De Magnifiques Chiens, Mais Pas Seulement

24 juillet 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

Ces deux derniers jours, six chiens malinois étaient dans nos murs à Porto-Vecchio, pour une mission bien précise : participer au dépistage du Covid-19. Pour cette opération, leurs maîtres-chiens, pompiers de Seine et Marne, de l’Oise et de Corse du Sud les accompagnaient. Ils étaient encadrés par Brice Leva chef d’unité du groupe cynotechnique de corse du sud.

Marie-Hélène Lecène, directrice de l’ars de corse, le docteur Isabelle Grimaldi, Jean-Christophe Angelini, maire de Porto-Vecchio, son 1er adjoint Michel Giraschi, et son adjointe déléguée à la santé, Emmanuelle Giraschi ainsi que de le député Paul André Colombani étaient présents lors de la démonstration.

100 millions de récepteurs olfactifs (chez les chiens à nez court) et 300 millions (chez les chiens à nez long)», contre 5 millions seulement chez l’homme

Aucune machine olfactive ne pourrait être plus performante que l’odorat d’un chien précis Jean Ferrari, colonel des pompiers d’Ajaccio. Ces chiens sont entrainés sous forme de jeux et de récompenses pour reconnaître l’odeur d’une maladie ou d’un virus bien précis. Et un chien éduqué pour reconnaître une maladie n’est pas utilisé pour en rechercher une autre.

Nous sommes en France les précurseurs  au niveau mondial explique le colonel Maestracci,  car nous avons commencé l’éducation des chiens dès le début des 1ers cas Covid. D’autres pays effectuent les mêmes essais, le Chili, le Canada, les Emirats arabes unis, la grande Bretagne, le Liban, les Etats-Unis, le brésil, l’Australie et la Belgique. Le Liban va commencer demain les tests avec les chiens dans un aéroport. En Alabama, depuis quelques années déjà, les chiens détectent une maladie sur les bovins.

Comment ces tests sont-ils réalisés?

Ces tests avec les « chiens renifleurs » viennent en compléments des tests précédemment effectués par prélèvement nasal. Ils sont effectués sur la base du volontariat et consistent à collecter des échantillons de sueur avec deux compresses sous une aisselle  et deux petits tubes sous l’autre. Il faut ensuite attendre dix minutes. Les compresses imprégnées sont alors placées dans un pot au milieu d’autres pots dont les couvercles sont percés de trous et mis derrière une grille. Le chien renifle chaque pot et s’arrêtera devant le pot contenant les compresses imbibées de la sueur d’une personne infectée. Il est alors récompensé. Le test est confirmé par un 2ème chien si besoin.

Emmanuelle Giraschi a tenu à remercier les services techniques de la mairie, les pompiers, les gendarmes, ainsi que les personnels de santé du laboratoire 2A2B et les médecins qui se sont fédérés autour de cette action. Elle a aussi remercié la population qui s’est prêtée volontaire pour les tests avec les chiens, car  « cela leur a permis de travailler sur de nombreux échantillons et d’affiner leur technique ; plus de la moitié des gens déjà prélevés avaient choisi de continuer avec la brigade cynophile ».

Une journée supplémentaire de tests est prévue pour lundi 27 juillet. Mais sans la présence du  groupe cynotechnique. C’était un vrai régal de les voir évoluer. Ils ont fait avec leurs maîtres, l’admiration de tous durant deux jours.

Jusqu’à cejour, sur les 300 tests effectués aucun ne s’est révélé positif au Covid-19.

Irène Ferrari – Porto-Vecchio

previous arrow
next arrow
Slider
Partagez cet article :