La Ville D’Ajaccio Déploie Un Plan D’aides Pour Aider Les Commerçants De La Région Ajaccienne

La Ville D’Ajaccio Déploie Un Plan D’aides Pour Aider Les Commerçants De La Région Ajaccienne

20 mai 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

La Ville d’Ajaccio souhaite soutenir les commerçants de la région ajaccienne pour limiter l’impact financier et économique de la crise du COVID-19. Elle travaille actuellement sur des mesures en faveur de la relance économique locale en collaboration avec tous les acteurs du territoire.

Mardi 19 mai, le Premier adjoint au maire, Stéphane Sbraggia et Pierre Pugliesi, Président de l’Office Intercommunal de Tourisme (OIT), réunissaient la Direction du commerce, les services de l’État – Préfecture, DIRECCTE, DGFIP – et les services de la CAPA, afin d’engager la Ville sur un grand plan d’aide aux commerces directement impactés par la crise sanitaire du Covid19.

Après une première phase de déconfinement de la population le 11 mai dernier, une deuxième étape s’ouvrira à partir du 2 juin, et ce pour trois semaines.

Si Édouard Philippe abordera notamment la question des cafés, des restaurants et des vacances fin mai, la Ville d’Ajaccio se doit de « préparer l’après », dès aujourd’hui. Le tissu économique ajaccien, qui représente deux tiers des commerces de l’île, a été durement touché par l’épidémie du Coronavirus. Et plus largement, c’est tout « l’art de vivre ajaccien » qui a souffert. Si la volonté de beaucoup de commerçants est de reprendre une activité au plus tôt, certains s’inquiètent, et c’est bien légitime, pour l’avenir de leur entreprise. L’activité touristique et les commerces de bouche sont en première ligne des discussions dans un contexte de grande dépendance à l’offre de transport.

L’enjeu pour la Ville sera de recenser et d’informer les professionnels concernés sur toutes les aides existantes, en lien notamment avec le fonds de solidarité COVID-19, du plan pour le tourisme ou encore des dispositifs pour les salariés, des échéances fiscales et des garanties de prêt.

« Il ne faut pas que les commerces de la CAPA passent entre les mailles du filet, alors qu’il existe des outils pour les aider. La commune doit jouer son rôle de proximité en pénétrant le plus largement possible le tissu économique local. Il nous faut mener des actions convergentes avec les services de l’État, faire remonter les informations sur les cas particuliers » souligne Stéphane Sbraggia.

La Ville travaille actuellement sur plusieurs pistes pour soutenir les commerçants:

– Le recensement des mesures de soutien financier directes et indirectes pour les commerçants avec le soutien actif de l’Etat.
– L’occupation du domaine public :
*L’autorisation pour les commerçants de mettre en place les terrasses par anticipation de l’éventuelle reprise d’activité le 2 juin.
*Une réflexion sur l’extension des emprises du domaine public accordées aux commerçants, en compensation des contraintes de distanciation sociales à respecter avec une prise en compte de l’équité de traitement.
*Une baisse de la tarification d’occupation du domaine public accordée aux commerçants est à l’étude avec la mise en place de mesures dérogatoires. La Ville penche pour une exonération totale par dérogation au Code général des Collectivités.
*Une baisse des redevances locales et de publicité extérieure pour les commerces touchés par les fermetures administratives.
– Pour le stationnement : élargissement des plages de gratuité.
– Une réflexion d’aménagement piéton par zones.
– La mise en place d’un questionnaire à destination des commerçants pour identifier leur besoin.
– La création d’un comité économique COVID-19 qui associerait la Ville, la CAPA, les services de l’Etat, la CCI, l’ADEC, les représentants ou associations de professionnels par secteurs.
– L’hygiène et les protocoles sanitaires à respecter comme par exemple la
création d’un guide de bonnes pratiques sanitaires à destination des secteurs de la restauration et de l’hôtellerie, appuyé des recommandations diffusées par le Ministère du Travail.

Les mesures prisent en faveur des commerçants sur la taxe locale de  publicité extérieure (TPLE) et le droit de terrasse représentent respectivement pour la commune 163 000 euros et 150 000 euros de recettes en moins sur trois mois.
La Ville d’Ajaccio souhaite associer à ce dialogue toutes les forces vives
économiques locales pour encourager la reprise économique et soutenir au mieux les entreprises de la région ajaccienne.

Partagez cet article :