Rentrée Scolaire Du 11 Mai : Les Conditions De La FCPE 2A

Rentrée Scolaire Du 11 Mai : Les Conditions De La FCPE 2A

21 avril 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

La FCPE 2A est intervenule 17 avril 2020, lors du Conseil Départemental de l’Education Nationale 2A consacrée à la possible rentrée du 11 mai.  Une rentrée, si elle doit être effective, devra se faire sous les conditions énoncées ci-dessous pour la sécurité des enfants et leurs familles,  mais aussi des enseignements et des personnes travaillant en milieu scolaire.

Le Président de la République vient, à la surprise de tous et y compris de son ministre de l’Éducation Nationale, de poser la question d’une possible rentrée scolaire progressive à partir du 11 mai.
Le CDPE 2A se tient prêt à en discuter.
Mais dans une période où des informations contradictoires sont diffusées sur la pandémie de Coronavirus, par intérêt, idéologie ou plus simplement par absence de connaissances scientifiques précises, la ré-ouverture des écoles, lycées et collèges, nous paraît être totalement prématurée, voire
dangereuse.
Elle ne saurait être le prétexte au retour à une activité professionnelle normale des parents.
Nous avons la certitude que la situation de confinement que nous vivons pose d’énormes problèmes psycho-sociaux (enfermement, dé-sociabilisation, violence, …), qu’elle approfondit les inégalités entre enfants, qu’elle crée de nouvelles injustices et le retour à l’école est une condition d’un possible frein à l’approfondissement de nouvelles inégalités.
Mais ce qui importe avant tout c’est la santé des enfants et de leurs parents, la fin de la pandémie du Coronavirus.
Nous conditionnons ce processus de rentrée à la mise en place de mesures strictes.
En premier lieu elle ne peut intervenir que si nous sommes au 11 mai dans une phase très nette de déclin de la pandémie.
Elle exige la mise en place d’un (ou de) test(s) de contamination préalable pour tous les enfants et les personnel enseignants et non-enseignants, ce qui est conditionné par leur efficacité certaine et l’effectivité de leur généralisation.
Elle exige également la désinfection préalable de tous les établissements, la mise en place dans les écoles, collèges, lycées de tous les équipements nécessaires à l’établissement des « gestes barrière » : sanitaires en excellent état de marche, savons et gel hydroalcoolique à disposition ainsi que des masques pour toutes les personnes cohabitant dans les établissements.
En conséquence la densité d’enfants par classe devra être compatible avec la distanciation sociale prônée, engendrant ainsi une rotation des enfants dans l’école au cours d’une même journée (moins d’enfants au même moment de la journée dans un établissement) ;
La durée d’exposition à un risque sanitaire et donc la duré d’enseignement, devra être limitée dans la journée et identique pour tous les enfants d’un même cycle scolaire. Ceci pose d’ailleurs la question de l’intérêt pédagogique et social d’une rentrée pour une durée limitée d’un mois et demi.
Toutes les familles qui le souhaitent devront pouvoir bénéficier d’un service de cantine.
Les transports scolaires devront être sécurisés d’un point de vue sanitaire et adaptés aux nouvelles conditions d’accès aux transports scolaires.
Aucun dépassement d’horaires ne devra être exigé des personnels enseignants et non-enseignants.
Pour créer un environnement propice à cette rentrée, psychologues, médecins et infirmières scolaires devront être présents partout où ils seront demandés pour rencontrer les équipes éducatives, les élèves et les parents qui en feront la demande.
Dès maintenant les élèves devront être préparés à ce que pourrait être cette rentrée dans des conditions totalement inédites.

La reprise des cours devra être progressive, la bienveillance des personnels devra primer, les notes et constats d’assiduité prodigués durant le confinement devront être supprimés compte tenu des inégalités sociales qu’ils renforcent.
Enfin nous demandons que les parents puissent conserver la liberté d’exercer leur droit de retrait s’il leur semble que les conditions de retour de leurs enfants ne sont pas remplies.
Ce sont ces conditions de rentrée indispensables que nous avons exprimées lors du CDEN tenu vendredi 17 avril et présidé par Mme la Directrice Départementale des Services de l’Éducation Nationale.
Si nous n’avons eu aucune réponse précise sur les modalités de rentrée proposées par le Ministre de l’Éducation Nationale, Mme la directrice a souhaité que nous construisions tous ensemble, dans la concertation, cette démarche.
Ajaccio, le 19 avril 2020.

Partagez cet article :