Covid-19: La Marie-Do S’adapte Pour Rester Au Plus Près Des Malades Du Cancer.

Covid-19: La Marie-Do S’adapte Pour Rester Au Plus Près Des Malades Du Cancer.

18 avril 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

Cette période d’épidémie et de confinement ajoute des difficultés supplémentaires à celle imposées par la maladie, le soin, ou les déplacements sur le continent. Une situation qui est remontée jusqu’à l’association La Marie-Do qui a adapté la prise en compte et en charge de ces personnes.

En cette période de grande confusion, de confinement, de stress, d’isolement, l’association La Marie-Do s’inquiète du suivi de ces malades particulièrement isolés et fragilisés par les traitements et qui pour, certains d’entre eux, dans cette crise sanitaire et économique se retrouvent avec une perte sensible ou totale de revenus.
Les témoignages qui nous arrivent exposent différentes problématiques et nous ont poussés à revoir nos dispositifs et notre fonctionnement.
En effet, ces dernières semaines, des malades nous appellent et nous parlent de leur difficulté à joindre leur médecin traitant ou leur assistante sociale, de leur stress à l’idée de partir à Marseille ou Nice pour y suivre leur traitement et de devoir y passer une nuit maintenant que l’aller retour journée n’est plus possible, de leur angoisse du voyage et d’être exposé au Covid, de l’arrêt d’activité du conjoint et donc d’une perte de revenus…
Aussi, l’association a décidé de revoir son mode de fonctionnement pour  répondre au mieux aux sollicitations de ces malades grâce à notre réseau de bénévoles et partenaires. 
1) Le fonds de secours : Un process d’instruction raccourci désormais à la disposition du malade.
Chaque année nous consacrons près de 180 000 € en secours financiers pour environ 200 malades en situation de précarité ou de grande fragilité économique. La procédure normale passe par le réseau des assistantes sociales qui font un travail formidable sur tout le territoire. Elle doivent instruire le dossier et nous le transmettre avec toutes les pièces justificatives.
Or nous constatons depuis la mi mars un arrêt quasi total de ces dossiers, alors qu’entre le 1er janvier et le 15 mars nous en étions déjà à plus de 47 000€ attribués. On imagine bien pourtant que la situation financière de ces malades ne s’est pas améliorée, voire peut être même dégradée pour certains qui ont perdu tout ou partie de leur revenu…
Solution validée par le CA de l’asso : Le dossier du fonds de secours peut désormais être directement rempli par les malades et transmis à l’asso avec les pièces justificatives. Il est traité en toute confidentialité par la présidente et la trésorière. Ce dossier est téléchargeable sur le site de l’asso ou transmis sur simple demandes par téléphone
2) Un réseau de partenaire et de bénévoles très à l’écoute et très réactif
Que ce soit Mathilde Faggiani à Marseille ou Christine Scaramozino à Nice, nous pouvons compter sur leur vigilence et leur réactivité pour nous mettre en contact avec ces patients souvent désorientés et perdus face à l’épreuve qu’ils vivent. 
Je pense à ce jeune couple, parents d’un petit garçon de 9 ans et traités tous les deux à Nice pour des cancers. Elle, orthophoniste, lui plombier, ils n’ont plus de revenus…Nous avons été alertés par la présidente de La Maison du Bonheur où la maman est hébergée et avons pu intervenir immédiatement.
Je pense aussi à ce papa seul, avec son fils hospitalisé à Marseille depuis six mois et qui a choisi de d’arrêter de travailler pour être à son chevet. Grâce à Mathilde Faggiani, nous l’accompagnons au mieux et le soulageons au moins de cet aspect financier. 
Je pense aussi à notre bénévole Antoinette Vega, en charge des ateliers PAROLES ET BIEN ETRE à Ajaccio et qui garde un contact permanent avec le groupe des 20 femmes qui participent habituellement à nos  ateliers suspendus depuis le début de la crise.
Ou encore à Murielle Quilichini, sophrologue bénévole à nos côtés depuis des années et qui leur propose régulièrement sur les réseaux sociaux des séances de sophrologie…
3) Un accueil téléphonique assuré par l’une des bénévoles de l’asso au 07 69 58 90 25 pour répondre à vos questions, aux problèmes de prises en charge, de Rv médicaux, de billets d’avion, hébergements, financiers…
Notre seule obsession : Qu’aucun malade ne se retrouve en situation de renoncement aux soins…que ce soit par isolement ou pour raisons financières
Rappelons que le cancer tue chaque année 150 000 personnes, de tous âges et de tous profils sociologiques, et que la prise en charge est essentielle dans les chances de survie.
Catherine RIERA
Partagez cet article :