Covid-19: Ce Qu’il Faut Retenir De l’intervention du 29 Mars du Directeur Général de la Santé.

Covid-19: Ce Qu’il Faut Retenir De l’intervention du 29 Mars du Directeur Général de la Santé.

29 mars 2020 0 Par MMS
Partagez cet article :

Le Professeur Jérôme Salomon, Directeur Général de la Santé a fait le point de la situation concernant le Covid-19 aujourd’hui 29 mars.

Situation internationale
177 pays rapportent des cas,, avec un total ce soir de 685000 cas, 146000 personnes guéries,  32.137 décès de cas confirmés

États-Unis 125.000 cas 2.200 décès
Italie 92.504 cas, plus de 10.017 décès
Espagne près de 79.000 cas, 6.500 décès
Allemagne plus de 58.000
Iran plus de 38000 cas, 2.600 décès

En France
« Nous affrontons une épidémie nationale inédite entraînant un impact sans précédent sur le système de santé et tout particulièrement sur les établissements de santé et l’ensemble de leur personnel. Une épidémie sévère et meurtrière avec un virus très contagieux de diffusion rapide touchant le territoire métropolitain et concernant aussi des outre-mer. »

Le Directeur Régional de la Santé a rajouté que la surveillance de l’épidémie est précise grâce aux remontées d’information de terrain des médecins volontaires, des établissements de santé, des laboratoires de ville, mais aussi des mairies et de l’INSEE vers santé publique France. A cela s’ajoute  trois sources d’informations fiables :

– les tests PCR positifs qui permettent la confirmation de la maladie par la recherche du virus. La capacité à réaliser ces tests augmente fortement de jour en jour.
-la situation hospitalière en temps réel qui donne le nombre d’admission, de personnes hospitalisées, d’entrées en réanimation pour détresse respiratoire, ou pour une autre défaillance grave lié à la maladie Covid,le nombre total de malades hospitalisés en réanimation, les sorties de personnes guéries et les décès des personnes hospitalisées.
-la surveillance syndromique en population et passage aux urgences, les appels de SOS médecin, les médecins sentinelles, le recours au laboratoire de ville qui permet d’estimer le nombre de cas de Covid 19 pris en charge en ville.

Les conséquences les plus graves mais souvent retardées de l’épidémie s’observe en terme de mortalité enregistré par l’état civil. C’est à l’état civil en mairie que remonte l’ensemble des décès, ceux survenus à l’hôpital, en institution ou à domicile.

Les données hospitalières quotidiennes des 676 établissements démontrent l’impact sévère du virus et de l’épidémie en cours“.
19.354 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection à Covid-19. Le nombre  d’admission a progressé de près de 10 % depuis hier, reflet de contamination survenue il y a environ 2 semaines avant l’entrée en vigueur du confinement,
Dans les outre-mer notamment la Réunion la Martinique et la Guadeloupe on relève 154 hospitalisations, 31 en réanimation, 31 retour à domicile, 5 décès, 3 en Martinique et 2 en Guadeloupe.
4.632 cas graves nécessitent des soins très lourds en réanimation, et une équipe pluridisciplinaire. Ces formes graves surviennent chez les adultes. 34 % des patients hospitalisés en réanimation ont au moins 60 ans, 64 % ont entre 60 et 80 ans, et 60 personnes hospitalisées actuellement en réanimation ont moins de 30 ans.
359 patients graves sont entrés aujourd’hui en réanimation. Cette indicateur d’entrée en réanimation est l’élément le plus important à surveiller pour prédire la capacité à prendre en charge les maladies les plus graves, mais surtout parce qu’il reflète la cinétique, la dynamique de l’épidémie et son impact le plus préoccupant

Les chiffres depuis le 1er mars
2.606 décès ont été observés en milieu hospitalier
7.132 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis la même date.
Les personnes détectées positive en ville ou diagnostiquées par le médecin traitant, et qui au bout de 8 jours n’ont plus de symptômes pendant 48h sont aussi guéries “et elles sont heureusement très nombreuses” a commenté Jérôme Salomon.
2.939 passages on été enregistrés hier aux urgences pour suspicion de Covid, 19, 2.423 interventions de SOS médecins ont été motivées pour suspicion d’infection Covid 19

Les effets du confinement et des gestes barrières
Si, à compter du confinement stricte observé et du respect des gestes barrières, le virus est donc moins transmis, alors après la période d’incubation moyenne de 7 jours et la durée moyenne d’évolution des symptômes d’environ 7 jours avant l’apparition d’une détresse respiratoire aiguë qui nécessite alors un passage en réanimation, une réduction du nombre de personnes nécessitant une admission en réanimation à partir de la fin de cette semaine devrait être observée.

La mortalité à l’échelon national et régionale
Le nombre observé de décès sur la semaine 12, du 16 au 22 mars devient significativement supérieure à celui attendu, avec un excès de mortalité de 9 %.
A l’échelon régional, hausse de la mortalité par rapport à l’attendu, tout âge confondu et observer dans cinq régions : Grand-Est, Haut de France, Bourgogne, Franche-Comté, Île-de-France et Corse.  La surmortalité concerne des personnes de plus de 65 ans .

Les tests
40.174 tests positifs ont été notifiés à santé publique France.
Nous aurons aussi bientôt à disposition des premiers résultats grâce à l’arrivée prochaine de tests sérologiques qui permettront de montrer qui a rencontré de virus et qui n’a donc pas rencontré le virus responsable du covid-19.”

Les lits de réanimation
Nous continuons à créer des lits de réanimation, a créer de nouveaux secteurs de prise en charge, à renforcer les équipes, à envoyer du matériel lourd, à évacuer des patients à travers toute la France et même hors de France, grâce à l’amitié franco-allemande par exemple, par voie routière, par TGV médicalisé, par hélicoptère, par avion civil et militaire et même par bateau militaire ce sont 250 patients qui ont déjà bénéficié de ces transfert.

Les masques
Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé mercredi qu’un pont aérien allait être mis en place vers la France pour l’acheminement de masques. “L’objectif est de pouvoir assurer sur le long terme l’approvisionnement en matériel médical, particulièrement pour les masques.” Le ministre des Solidarités et de la santé a précisé que dans le cadre de ce pont aérien la France attend la livraison totale d’un milliard de masques répartis sur 14 semaines, à raison de deux livraisons par semaine.
Une première livraison en provenance de Chine est attendue lundi à l’aéroport de Vatry. Les masques seront réceptionnés par Santé Publique France, puis répartis sur le territoire et livrés au groupement hospitalier de territoire sous l’égide des ARS, pour une distribution au sein des établissements de santé et aux pharmacies, qui les mettront à disposition des professionnels de santé libéraux.
Les acteurs privés ont réalisé une commande de 5 million de masque arrivés ce soir à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

La France face à une situation inédite, produit aujourd’hui 6 à 8 millions de masques par semaine et la production augmente, mais cela rend indispensable l’importation de matériel de santé durant la crise sanitaire que traverse notre pays. La priorité en termes de masques et d’équipements est vraiment de donner toute la priorité aux professionnels de santé via des importations massives et l’augmentation parallèle de nos capacités de production. Ils ont besoin chaque semaine de 40 millions de masques.” a conclut Jérôme Salomon sue le sujet.

Partagez cet article :