« A Rinascita Commerçants De Le Haute-Ville » De Porto-Vecchio Fait Son Bilan.

« A Rinascita Commerçants De Le Haute-Ville » De Porto-Vecchio Fait Son Bilan.

17 décembre 2019 0 Par MMS
Partagez cet article :

Sandra Morelli, présidente de l’association des commerçants de la haute ville, a fait hier matin,  un bilan des différentes actions menées par l’association.  En préambule, elle a précisé : « nous voulons respecter les droits fondamentaux de la libre expression et de la libre circulation, sans faire de politique».
Puis elle a énuméré les différentes activités effectuées en termes d’animation et de soutien aux commerces de proximité.

Côte animations
Pour Noël elles sont nombreuses: mise en place d’une navette rapide, décoration de la ville ( 150 sapins), tombolas, bourses aux jouets en partenariat avec des associations caritatives, ainsi que la venue du Père Noel avec l’association “I Baroni” pour le 21  Décembre… L’association voulait collaborer avec la mairie pour les chalets, mais la mairie a refusé.
Tout au long de l’année, il y a eu des animations :  la chandeleur, la chasse aux œufs, le festival du printemps, le défilé de mode, la braderie d’été et celle de fin de saison, la parade d’Halloween, la parade de Noël … en s’associant aux différentes associations sportives, culturelles et caritatives.

Soutien aux commerces
« L’association, dit-elle, est à l’origine de la Commission d’Indemnisation, de la mise en place de la cellule des entreprises en difficulté avec l’ADEC, la CCI, la DIRECTE et la Chambre des Métiers. Nous les avons défendu individuellement et nous avons répondu à des appels à projets, pour les façades, les enseignes, avec la CCI et L’ADEC, créé un parking des commerçants. Nous nous sommes battus pour le maintien du cinéma et des banques en ville. Nous allons pouvoir nous fédérer grâce à la création de deux autres associations de commerçants que nous avons soutenues, celle du port et celle des Quatre Portes. »

La fermeture de la ville
Ce sujet brûlant toujours d’actualité,  a ensuite été débattu par les commerçants et riverains présents à cette réunion, suite à l’évocation de Sandra Morelli concernant l’économie « qui  va mal car nous sommes impactés  économiquement et aussi au niveau des travaux, de la mise en conformité de nos vitrines, de nos terrasses, de nos enseignes. Il faut savoir que nous n’étions pas contre les travaux et que c’est quand même grâce à nous qu’il y a une patinoire !! La fermeture de la ville est ce qui nous impacte le plus. Nous sommes conscients des nuisances et des problèmes des riverains, dus à l’incivisme, mais on peut trouver des solutions pour que chacun s’y retrouve.
Au sujet des travaux, nous avons souhaité être intégrés à toutes les réunions, mais finalement, tout ce que nous avons obtenu, c’est parce-que nous y sommes allés en force »

Intervention de Mr Meir Halewa (Commerçant depuis 25 ans)
« Nous n’avons jamais été contre les travaux, mais contre l’articulation des choses. Au début nous n’étions pas d’accord sur les créneaux horaires de la zone piétonne, après nous nous sommes adaptés. Par contre, pendant un an, nous avons discuté avec la mairie pour que la zone piétonne soit levée l’hiver. Cela a été accordé, puis la mairie est revenue sur cette décision, pour cinq ou six voitures qui se sont mal garées. On ne peut pas  en être responsables. La zone piétonne l’été est justifiée ,mais la zone piétonne l’hiver sans piétons, c’est un peu ridicule !!! A Bonifacio, le port est en zone piétonne l’été, mais il est ouvert l’hiver».

Puis Mr Halewa fit le constat des commerces qui ferment : « Nous avons perdu cinq commerces depuis l’hiver dernier, comme chaque année. Nous finiront par avoir une ville morte, qui sera définitivement saisonnière. L’incivisme, n’est pas que du fait des commerçants, on nous met tout sur le dos, alors que nous avons notre parking.

Depuis trois ans, nous essayons de faire remonter l’information, car nous sommes l’interface entre la mairie et les porto-vecchiais. Cette information ne remonte pas. Les gens nous disent : « On ne peut plus se garer, on ne peut plus circuler, alors nous ne montons plus en ville.» Si on ne veut pas nous écouter, continua Mr Halewa, au moins qu’on écoute les porto-vecchiais ! »

Opinions et constatations diverses, ont ensuite ponctué la fin de la réunion.
«  Il faudrait que nous, commerçants, fassions sans cesse des animations, mais ce n’est pas possible ».
« On ne peut pas faire vivre la ville quinze jours dans l’année, car l’hiver dure six mois ».
« Nous appréhendons Février et Mars ,sans patinoire et sans chalets ».
« Des personnes âgées ne peuvent plus aller à la messe le Dimanche, car on ne peut pas les déposer ».
« Le marché dominical est complètement mort ».
« Depuis plus d’un siècle, ma famille était commerçante, notre commerce a toujours été ouvert. Cette année, il reste fermé, ce n’est pas par choix, mais ce n’est plus tenable ».
La réunion s’est terminée dans une atmosphère  morose avec le mot de la fin de Mr Halewa :   « Nous sommes les derniers résistants de  «  la poignée de commerçants », reprenant  une expression de Georges Mela  à leur encontre dans une publication sur les réseaux sociaux.

A l’issue de cette rencontre, Paul Marcaggi, président de la CCI  a rencontré la présidente des commerçants dans les locaux de la CCI sur le port de commerce de Porto-Vecchio.

Partagez cet article :