Ajaccio : Plus de 700 Personnes A  La Manifestation De Soutien, A L’Agriculture Corse

Ajaccio : Plus de 700 Personnes A  La Manifestation De Soutien, A L’Agriculture Corse

9 novembre 2019 0 Par MJS
Partagez cet article :
Facebook
Twitter

Les trois Chambre d’Agriculture de Corse, les FDSEA, les JA de Corse et I Ghjovani agricultori inndependente di Corsica-suprana  qui ont défilé dans le calme ce 9 novembre, ont appelé tous les corses à soutenir l’agriculture pastorale de Corses et demandé la libération du jeune agriculteur, Jean André Fiori, détenu à Borgu, condamné à onze mois de prison, dont cinq avec sursis, pour des faits de violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, le 30 octobre dernier .

Seuls absents  Via Campagnola, et Mossa Paisana.

Cette dernière dans un communiqué avait : « remercié  le président de l’Assemblée de Corse et sa “coordination” de ne pas l’avoir conviée à cette réunion de crise qui n’aura réuni autour de la table que quantité de récipiendaire donc une partie au moins porte une grande responsabilité dans la FDSEA et du président de l’Assemblée de rompre le consensus initié à la réunion d’Altiani et ne se rendra donc pas ni n’appellera à participer à la manifestation à laquelle, visiblement, elle n’est pas la bienvenue. »

Le parcours pastoral ignoré et des contrôles jugés excessifs.

L’Europe base  son soutien à tous les agriculteurs Européens sur la surface, or la seule surface qui existe en Corse est le parcours pastoral qui n’est pas pleinement reconnu par la Commission européenne qui décide du paiement des aides de la PAC. Dans ce contexte le taux de contrôle appliqué à la Corse et 2 40 % au lieu de 10 % pour la moyenne nationale

« Malgré les accords passés en 2015 avec le ministre de l’Agriculture de l’époque les règles de la reconnaissance des parcours ont changés en 2018. Ainsi avant la fin de ces contrôles de nombreux agriculteurs contrôlés sont déjà condamnés : aucune aide ne leur sera attribuée pour cette année 2019 voir pour les suivantes.

L’annonce d’un renfort arrivée du continent pour effectuer les contrôles répond à la rapidité d’exécution de ceux-ci mais ne répond  pas, loin s’en faut, au problème de fond qui est la reconnaissance des parcours pastoraux et la vérification qu’une exploitation soit authentique.

Par ailleurs, suite aux différentes réunions, aux annonces faites et aux promesses non tenues la profession dans son ensemble doit faire face à une grande déception voire à du désespoir.

Notre vision du syndicalisme responsable nous impose de prévenir et de lutter contre les conséquences de ce désespoir, nous refusons en Corse de jouer une version locale du dernier film de Guillaume Canet sur le désespoir des paysans. »

Les soutiens

En soutien aux manifestants plusieurs personnalités : Gilles Simeoni, président de l’exécutif, Jean-Felix Acquaviva député de Haute-Corse, Charles Pieri, François Sargentini, président de l’Office environnemental de Corse, César Filippi, président du cercle des maisons corses.

La réponse de Jean-Guy Talamoni  A Mossa Paisana

« Suite au communiqué publié par A Mossa Paisana se plaignant de ne pas avoir été invitée à la réunion de la coordination du vendredi 8 novembre à Aiacciu, je conteste fermement cette assertion.

Le porte-parole de A Mossa Paisana a bien été invité par Lionel Mortini, président de l’ODARC, auquel il a été répondu que l’organisation déclinerait cette invitation. Pourtant, lors de la réunion précédente d’Altiani, a Mossa Paisana avait donné son accord pour que l’installation de la coordination ait lieu dans la semaine.

Compte tenu de l’urgence sociale, j’ai voulu tenir cet engagement commun et tous les participants à la réunion d’Altiani ont bien été invités, soit par mon cabinet soit par le Président de l’ODARC.

Par-delà le caractère polémique du communiqué de A Mossa Paisana, je confirme que l’unanimité des forces politiques et syndicales me paraît être un atout essentiel dans la situation actuelle.

Dans cet esprit, j’espère que la prochaine réunion de la coordination permettra de rassembler l’ensemble des acteurs concernés, ce qui n’a jamais cessé d’être notre priorité. »

Partagez cet article :
Facebook
Twitter