Freedom De Rodd Rathjen Primé Au Festival Du Film Politique De Porto-Vecchio.

Freedom De Rodd Rathjen Primé Au Festival Du Film Politique De Porto-Vecchio.

28 octobre 2019 0 Par MMS
Partagez cet article :

Le Festival du film politique 2019 de Porto-Vecchio, reflet cinématographique de notre monde actuel et passé, de la destinée d’un monde fou qui s’en va parfois à vau-l’eau, s’est terminé samedi soir par la remise des trophées Napoléoniens dans les catégories : Grand Prix du film politique décerné par le jury du festival, Prix des médias, et le Prix du public.

A travers une sélection de  six films, quatre fictions et deux documentaires en compétition, dont la programmation est due à Daisy d’Errata, nombre de sujets d’actualité ont été traités par des réalisateurs engagés, et dont c’était parfois le premier film. Des choix difficiles pour les jurys tant la qualité des sujets traités, et les émotions qu’ils ont pu susciter n’ont laissé personne indifférent.

Grand Prix du Jury

Films en compétition

Les Misérables de Ladj Ly (Inédit 2019) 

Freedom de Rodd Rathjen (Inédit 2019) 

Lillian de Andreas Horvath (Inédit 2019) 

Nuestras Madres de César Diaz (Inédit 2019) 

XY Chelsea de Tim Travers Hawkins (Inédit 2019) 

Zero Impunity de Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies (Inédit 2019) 

Le Jury

Le lauréat

Freedom de Rodd Rathjen

Dans la campagne cambodgienne, Chakra, garçon vif de 14 ans, travaille dans la rizière avec sa famille. Aspirant à plus d’indépendance, il sollicite un passeur pour trouver un emploi rémunéré dans une usine en Thaïlande. Sans rien dire à ses proches, il se rend à Bangkok dans l’espoir de mieux gagner sa vie. En arrivant sur place, Chakra et son nouvel ami Kea, âgé d’une trentaine d’années, découvrent que l’intermédiaire leur a menti : comme d’autres Cambodgiens et Birmans, ils sont vendus comme esclaves à un capitaine de chalutier…

Le prix des médias

Fictions et documentaires en compétition

Anthropocène, L’époque humaine de Jennifer Baichwal, Nicholas de Pencier et Edward Burtynsky

Island Road de Francescu Artily

Le départ de monsieur Hulot d’Agnès Pizzini et Karim Rissouli

Les présidents et l’art de Thibaut Sève

Steve Bannon, le Grand Manipulateur d’Alison Klayman

Le jury des médias, présidé par le politologue Pascal Perrineau

Anne Fokzmberg (France-Culture)

Marilyne Santi (Journal Le Petit-Corse)

Christophe Jakubyszyn (BFM Business)

Henri Verner (Le Parisien)

Marcello Vesfred (Figaro)

Le lauréat

Island Road de Francescu Artily

Louisiane, le bayou. Cette langue de terre disparaît peu à peu à cause de la montée des eaux, des ouragans et des changements climatiques. Les communautés indiennes seront relocalisées à l’intérieur des terres. Dans le contexte de cette situation de migration contrainte, les derniers résidents interrogent leur condition d’isolement entre la résistance et l’abandon.

Le prix du public

Zero Impunity de Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies

Pendant des siècles, les victimes de crimes de guerre sexuels odieux ont subi d’horribles abus et leurs conséquences dévastatrices, mais très peu ont eu le courage ou l’appui de briser le silence séculaire et de prendre la parole. Zero Impunity offre une voix aux victimes du monde entier, notamment en Syrie et en Ukraine, ainsi que sur le continent africain et aux États-Unis. Fatima élève la voix au nom de sa fille, Nora, 11 ans, enlevée comme des milliers d’enfants et torturée sexuellement dans les prisons du régime syrien. Alisa, une survivante de violences sexuelles lors du conflit du Donbass en Ukraine, prend la parole alors qu’il est interdit de porter des accusations dans son propre pays. Mark, ancien interrogateur à Guantanamo, dénonce le système institutionnalisé qui utilise la torture sexuelle sur les détenus de la prison militaire américaine.

Film de clôture 

Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec a donné le clap de fin au Festival du film politique de Porto-Vecchio. Poétique et romanesque, ce long métrage d’animation est adapté du roman de Yasmina Khadra. Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et la misère quotidiennes, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

@Photo Paule Santoni

Partagez cet article :