Colère des agriculteurs corses : Joseph Colombani président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse appelle à rester vigilants.

Colère des agriculteurs corses : Joseph Colombani président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse appelle à rester vigilants.

24 octobre 2019 0 Par MMS
Partagez cet article :

Joseph Colombani, président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse, s’est présenté mercredi 23 octobre à 9 heures au palais de Justice de Bastia suite à la plainte commune déposée par  le préfet de Haute-Corse et le Directeur de la Direstion départemental des territoires et de la mer (DDTM)

Une centaine d’agriculteurs étaient venus le soutenir. Jean-Guy Talamoni, Président de l’assemblée de Corse et Lionel Mortini, président de l’office agricole de la Corse étaient aussi présents pour accompagner Joseph Colombani accompagner jusque dans l’enceinte du palais de Justice.

Quelques minutes plus tard il était conduit au commissariat central de Bastia pour être entendu.  Le Président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse est ressorti vers 15h30. Il devait répondre de son intrusion dans le bureau du Directeur départemental des territoires et de la mer de la Haute-Corse, où après un bref échange verbal, Joseph Colombani s’est emparé d’un extincteur pour commettre des dégradations sur les mobiliers et divers objets. Des faits que le Président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse a totalement assumé et qui faisait suite à un mouvement de colère chez les agriculteurs. Il comparaîtra le 3 décembre prochain devant le tribunal correctionnel de Bastia.

Des contrôles par photo interprétation contestés

Des actes et une colère qui font suite aux  contrôles massifs menés dans l’île. Sur 2150 déclarants corses, 850 ont été visés par des contrôles visant à vérifier la légitimité des surfaces agricoles déclarées. 493 de ces contrôles ont été réalisés par photo-interprétation, un nouveau système de vue aérienne qui auraient décelé des « anomalies » sur 373 surfaces.

Ces contrôles bloquent le versement de certaines primes telles que l’indemnité compensatoire de handicap naturel et le droit au paiement de base. Les agriculteurs sont alors privés de la totalité ou d’une partie des subventions perçues au titre de la politique agricole commune. Une situation qui mettrait en péril le devenir financier de certaines exploitations assure les syndicats agricoles.

A sa sortie du commissariat le président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse a déclaré : « Si nous ne sommes pas mobilisés ils continueront leur contrôles et la ruine de l’agriculture corse, nous devront rester vigilants. »

Les agriculteurs de Corse du Sud ont prévu des actions de soutien le 24 octobre en organisant des barrages filtrants à Sagone, Ajaccio, Propriano et Porto-Vecchio.

Le ministère de l’agriculture a demandé qu’une réunion ait lieu mardi 29 octobre entre les services de l’Etat, les élus de la Collectivité de Corse et les représentants des syndicats agricoles insulaires pour trouver une sortie de crise.

Partagez cet article :