GREVE du 16 septembre en Corse du sud : “la préfète de Corse pèsera de tout son poids pour empêcher la fermeture des structures aux finances publiques”

GREVE du 16 septembre en Corse du sud : “la préfète de Corse pèsera de tout son poids pour empêcher la fermeture des structures aux finances publiques”

17 septembre 2019 0 Par MMS
Partagez cet article :

Communiqué FO DGFIP

“la préfète de Corse pèsera de tout son poids pour empêcher la fermeture des structures aux finances publiques” a souligné M. Lericolais, Directeur de Cabinet de la Préfète de Corse.

Hier lundi 16 septembre, à l’appel de l’intersyndicale des Finances publiques de Corse du sud, plus de 38% des agents étaient en grève pour exprimer leur opposition totale aux menaces de restructurations qui planent sur le réseau de notre administration dans le département.

Pour la 4ème fois en moins d’un an, les élus se sont également mobilisés aux cotés des agents.

Une délégation composée de l’intersyndicale FO – Solidaires – CGT et d’élus du rural a été reçue par M. Lericolais, Directeur de Cabinet de Mme Chevalier, préfète de Corse.

A cette occasion, les syndicats ont dénoncé le jeu de dupe opéré au plus haut niveau des services de l’Etat : les O.S. ont clairement mis en doute la volonté du ministre M. Darmanin et de Mme Gourault de prendre en compte les spécificités de la Corse, ce qui pour l’instant justifierait le retard dans l’annonce des restructurations à la DGFIP dans l’île (aux dires de Mme Assouline, Directrice régionale.)

Comme l’a dénoncé la délégation auprès du Directeur de Cabinet de la préfète de Corse : en quoi les spécificités de la Corse sont-elles prises en compte lorsque Mme Gourault, le 6 septembre devant les élus locaux à Sotta, vante les “qualités” des “Maisons France service” ? Cette mesure en effet sert de prétexte sur tout le territoire national à la fermeture programmée de 1100 structures sur 1600 (900 trésoreries et 200 SIP-SIE) !

Pourtant, comme l’ont signalé les élus présents dans la délégation, le 1er ministre E. Philippe lui-même affirmait le 3 juillet 2019 à Ponte Leccia vouloir “ouvrir la voie à la différenciation des territoires”, et que “la Corse et ses spécificités ont toute leur place dans ce projet”.

Les syndicats ont par ailleurs rappelé les termes du courrier adressé le 20 février par la préfète de Corse au Président de la CdC, M. Simeoni, à qui elle signifiait son “opposition aux projets de fermeture des trésoreries”.

Le directeur de Cabinet a alors réaffirmé la position de la préfète de Corse, précisant qu’elle “pèserait de tout son poids afin de lutter contre la fermeture des services de la DGFIP, en particulier dans le rural”.

Syndicats et élus ont enfin rappelé leur motivation commune pour la survie du service de proximité. Quelle que soit la date à laquelle sera connu le projet de restructuration, si il est maintenu, nous serons encore et toujours unis dans la lutte !”

Partagez cet article :