Inauguration du bâtiment Docteur Edmond Simeoni et signature de la convention cadre entre l’université de corse et le CNRS

Inauguration du bâtiment Docteur Edmond Simeoni et signature de la convention cadre entre l’université de corse et le CNRS

10 juillet 2019 0 Par redacteur
Partagez cet article :

Mardi un nouveau bâtiment a été inauguré à l’Université de Corse de Corte. Dédié à la recherche en sciences humaines et sociales, à l’internationalisation, et à l’innovation pédagogique en langues, il porte le nom d’ « Edmond Simeoni ».

Une inauguration en présence de Gilles Simeoni, président de l’exécutif de l’Assemblée de Corse, d’Antoine Petit, Président du CNRS, de Julie Benetti, rectrice de Corse et de Josiane Chevalier préfète de Corse, Paul-Marie Romani, Président de l’Université de Corse, Antoine Sindali, Maire de Corte. Aurélien Leoni représentait le président de l’assemblée de Corse, jean-Guy Talamoni.La plaque comémorative a été dévoilée par Lucie Simeoni son épouse.

En baptisant de son nom le bâtiment dédié aux Sciences Humaines et Sociales, la communauté universitaire a souhaité rendre hommage au Docteur Edmond Simeoni, ami fidèle et ardent défenseur de l’Université de Corse, décédé en décembre 2018. Conçu par le cabinet d’architectes Rousselle, le Bâtiment Docteur Edmond Simeoni abritera sur deux étages et 3.400m², le laboratoire Lieux, Identités, eSpaces, Activités (CNRS / Université de Corse), l’Ecole Doctorale Environnement et Société, l’Equipe d’Accueil Méditerranéenne de Recherche Juridique, le Centre de langues et les Relations Internationales. Le financement total de 9,4 millions d’euros a été financé par l’Etat et la Collectivité de Corse.

Signature de la convention cadre entre l’université de Corse et le CNRS.
À l’issue de cette cérémonie,l’Université de Corse et le CNRS ont signé officiellement leur nouvelle convention
quinquennale de partenariat 2018-2022 en présence de Paul-Marie Romani, Président de l’Université de Corse, Antoine Petit, Président Directeur Général du CNRS, Stéphanie Thiébault, Directrice de l’Institut écologie et environnement, Virgine Bonnaillie, Directrice de la Direction d’appui aux partenariats publics, Ghislaine Gibello, Déléguée régionale Provence et Corse, Marc Muselli, Vice-président Recherche de l’Université de Corse

La politique scientifique développée au sein de l’Université de Corse en partenariat étroit avec le CNRS, s’inscrit dans une trajectoire vertueuse qui a permis de franchir des seuils qualitatifs incontestables et ainsi créer les conditions de retombées technologiques, économiques et sociales à l’échelle de la région Corse.

Cette nouvelle convention s’inscrit dans la réussite de ce riche partenariat avec comme volonté de développer une
politique scientifique partagée s’appuyant sur les démonstrations effectuées autour des 8 projets scientifiques
structurants de l’Université de Corse.Cette montée en puissance autour de plusieurs disciplines scientifiques a permis de faire la démonstration d’une transformation de la recherche vers la société avec des projets tels que les plateformes de recherche/développement s’inscrivant dans plusieurs domaines de spécialisation de la région : énergies renouvelables, ressources halieutiques/littorales et restauration écologique, interactions hommes-milieux et dynamiques territoriales et enfin, culture et patrimoine.

Cette convention s’attache également à soutenir fortement la politique partenariale menée par l’Université de Corse
et le CNRS avec plusieurs institutions de renommée nationale et internationale par le soutien à différents réseaux, tels que le RETI (Réseau d’Excellence des Territoires Insulaires initié par l’Université de Corse, 28 universités partenaires), la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est, le Collège International des Sciences Territoriales (CIST) et les partenariats avec les pôles de compétitivité.

Discours de Mme Josiane Chevalier, préfète de Corse lors de l’inauguration du batiment “Edmond Simeoni”

Mesdames et messieurs,

Je suis particulièrement heureuse d’être à vos côtés en cet instant.
Ce qui nous rassemble, ce qui donne sens à cette manifestation, c’est notre responsabilité face à l’avenir de la Corse.
La Corse de demain, ce fut le combat que mena tout au long de sa vie Edmond SIMEONI.
Jusqu’au bout, ne refusant jamais le dialogue ou la concertation, il fut un militant engagé pour une Corse forte et résolument tournée vers l’avenir.
Inlassablement, il rappelait que, pour préparer ce projet de société, il fallait encourager trois facteurs déterminants : démocratie, éducation, formation.
« La priorité doit être donnée fermement et partout à la démocratie, à l’éthique, au civisme, à l’éducation et à la formation », écrivait-il dans un de ses derniers blogs, à l’occasion de son 84ème anniversaire.
Cette leçon de vie, cet héritage sont à présent gravés au cœur de l’Université de Corse dont le bâtiment que nous venons d’inaugurer porte le nom d’Edmond SIMEONI.
Ce bâtiment regroupe l’ensemble des laboratoires et plateformes consacrés aux sciences humaines
et sociales.
Les sciences humaines et sociales sont le cœur historique de l’enseignement et de la recherche de l’Université de Corse où elles se sont développées autour du droit, de l’histoire, des sciences politiques avant de se spécialiser en étudiant les rapports entre les ressources naturelles, l’environnement, les paysages, la littérature, les langues ou l’histoire des idées spécifiques aux territoires insulaires et méditerranéens.
La Méditerranée est inscrite dans l’A.D.N. de l’Université de Corse.
Le Président de la République l’a rappelé lors de son discours de Bastia le 7 février 2018 lorsqu’il a fixé une grande ambition pour la politique de recherche et d’enseignement de la Corse.
Soulignant que les perspectives de développement de la Corse sont liées au rayonnement de ses laboratoires, de ses chercheurs ou encore de ses entrepreneurs, il a confirmé que l’Etat continuera de soutenir l’Université de Corse comme il le fait depuis presque 40 ans.
L’Etat a pleinement soutenu – par 5,4 millions d’euros, avec l’Europe et la Collectivité de Corse, les projets qui seront accueillis dans ce nouveau bâtiment, les plateformes de sciences humaines et sociales, le déploiement de la plateforme cartographique sur la Corse, le projet LOCUS, la médiathèque culturelle de la Corse et des Corses (M3C).
Ce soutien se manifeste également à travers le partenariat fécond que l’Université de Corse a développé avec le C.N.R.S.

La signature de la nouvelle convention à laquelle il vient d’être procédé ancre ce partenariat dans
la durée (5 ans).
M. le Président du C.N.R.S., votre présence à Corte aujourd’hui donne une importance toute particulière à cette inauguration, car votre engagement personnel et celui du C.N.R.S en faveur de la recherche corse ne peuvent que consolider la stratégie d’ouverture et de rayonnement à laquelle nous invitait Edmond SIMEONI lorsqu’il expliquait que « la Corse est une passerelle entre les mondes méditerranéens ».
La convention qui vient d’être signée s’inscrit dans le projet de l’Université de Corse : édifier une société de compétences pour consolider les secteurs stratégiques dont dépend le développement de la Corse.
Ce projet sera aussi au cœur de la convention tri-partite que nous signerons bientôt avec le président du Conseil Exécutif et le président de l’Université.
Nous scellerons ainsi une ambition que nous partageons tous et que le Premier Ministre a rappelée, le 3 juillet dernier lors de son discours à la Citadelle de Bastia :
« Bâtir la Corse de demain, celle qui rayonnera sur la Méditerranée parce qu’elle saura respecter son environnement naturel et préserver son identité, tout en s’ouvrant résolument aux défis du XXIème
siècle ».
Je suis heureuse que la matrice de ce projet soit l’Université de Corse, un lieu où se développe depuis toujours un dialogue où chacun connaît sa place et respecte celle de l’autre, où chacun peut faire entendre sa voix.

Partagez cet article :