Communiqué de l’APC qui rejette le calendrier scolaire imposé par le rectorat de corse

Communiqué de l’APC qui rejette le calendrier scolaire imposé par le rectorat de corse

31 mai 2019 0 Par redacteur
Partagez cet article :

.Le 8 décembre Festa di a Nazione est déclaré férié.
.Les cinq jours de septembre sont récupérés sur les vacances de la Toussaint et d’Hiver.
.Les deux jours de juillet sont récupérés sur les jours fériés ; cette partie de la proposition est susceptible d’être adaptée.

« La rectrice de Corse, déclinant les directives ultra centralisatrices du Président Macron, a donc officialisé un calendrier scolaire jacobin aligné sur des dogmes d’une république française une et indivisible de “Dunkerque à Tamanraset”, avec des prétextes aussi fallacieux que la laïcité, de pseudo « rythmes scolaires chronobiologiques »,en vigueur nulle part en Europe mais paravents commodes des intérêts égoïstes de certains. Et ce au mépris du vote de l’Assemblée de Corse qui l’a rejeté et qui a été tenue à l’écart d’une prétendue concertation ayant consisté à satisfaire les intérêts de certains syndicats anti-corses et un mépris également de l’opinion émise par la principale fédération de parents majoritaire depuis des années en Corse : l’APC.

Pourtant, depuis 10 ans et sous 2 recteurs différents, nous avions considérablement avancé dans la concertation et dans l’adaptation du calendrier.

Or nous assistons aujourd’hui, dans ce domaine comme dans d’autres, à une régression jacobine généralisée où la démocratie est bafouée au profit de décisions technocratiques prises dans un déni total de la réalité de la Corse, de son environnement et de son peuple. Cette décision fait suite aux différentes attaques portées contre l’enseignement de la langue venant par le rectorat, par le gouvernement et ses ministres ; celle-ci appelle à une riposte à la mesure de l’agression dont notre jeunesse et le peuple Corse sont victimes dans l’île.

L’APC avait fait des propositions pour un calendrier alternatif dont le rectorat n’a tenu aucunement compte, accentuant ainsi le mépris affiché par M. Macron et son gouvernement à l’encontre de la représentation démocratique du peuple corse et plus largement de la démocratie en Corse.

Il est à noter que la politique du Président Macron prétendant être le « champion de l’Europe », est dans le domaine du calendrier et des rythmes scolaire l’antithèse même de l’Europe dans sa diversité.

Pour l’APC :

la CDC doit s’emparer de manière pleine et entière du calendrier et des rythmes scolaires comme c’est le cas dans toute l’Europe sauf en France. Il ne s’agit plus de parler de l’Europe de manière technocratique ou comme slogan mais de la décliner de manière concrète,
-la rentrée scolaire ne doit plus se faire avant le 10 septembre et doit s’achever à la fin du mois de juin,
-le 8 décembre doit être férié en tant que Festa di a Corsica,
-les vacances intermédiaires doivent être redimensionnées »

Le Président de l’APC
Denis Luciani

Partagez cet article :